Double nationalité, prénom double et double vue,

Claire-Lise Panchaud
.Lire la suite du texte
.Biographie .Contact:clpanchaud@gmail.com

L'été d'après

Texte sérigraphié sous forme d'affiche, recto-verso, pour la revue Laps,
numéro 2, "Capitale zéro" | 2006

ROME– ROMA !

Combien d'années sont passées ? Depuis le Colisée à Rome en voyage scolaire ? 23 ans, je crois. Depuis les premiers souvenirs d'Arènes, de la liste ? 15 ans, je crois. Depuis ce dernier texte, cette dernière liste ? 9 ans, je crois. A Rome je me retrouve face à un miroir. Des milliers d'années en en même paysage. Comme prévu les souvenirs se rapprochent. Mais la liste est toujours vivace, dans son essence, telle qu'elle était au départ. Même si certains éléments se sont déplacés (et si même certains ont disparus comme le souvenir de Vérone), comme si le point de vue s'était modifié, comme si j'avais tourné autours de l'Arène (de combien de degrès?). Mais il y a toujours cette empilement : - parc (en pente) - théâtre (avec colonnes) - arènes (autour desquelles on peut tourner). Rome : Une succession de plans verticaux : - parc (pour aller au Colisée) - Colisée - colonnes. Une accumulation de plans horizontaux : une ville, des villes, sous la ville. Pas d'ombre portée du Colisée, mais ce même schéma, avec des mouettes dans un ciel de mauvais augure en plus. Je me souviens brutalement d'un texte de latin (au collège) : l'interprétation double d'un rêve avec un oiseau : de bon ou de mauvais augure ? Version courte : Comme prévu les souvenirs se rapprochent. Mais il y a toujours ce même empilement : - parc (en pente) - théâtre (avec colonnes) - arènes (autour desquelles on peut tourner). Rome : Une succession de plans verticaux : - parc (pour aller au Colisée) - Colisée - colonnes Une accumulation de plans horizontaux : une ville, des villes, sous la ville. Pas d'ombre portée du Colisée, mais ce même schéma. S'ajoutent des mouettes dans un ciel de mauvais augure.